Notre belle municipalité est située dans un environnement forestier au nord du Lac-Saint-Jean, la coupe de bois, son transport et sa transformation ont été au cœur du développement économique local et tient encore une place prépondérante aujourd’hui. À mi-chemin entre Alma et Dolbeau-Mistassini, traversée par la route 169 et longée par la rivière Péribonka.  Suivez ce liens pour en savoir plus! 

Le centre communautaire se retrouve à distance de marche de notre gîte. On y retrouve une patinoire extérieure couverte d'un toit fixe, le parc à neige, le skatepark et plusieurs activitées organisées par la municipalité. Nous participons activement a certaines activitées tel que les cours de patin sur glace!

Cette rivière constitue l'un des principaux affluents de la rive nord du lac Saint-Jean au Québec (Canada).

Son dérive du terme montagnais "pelipaukau", signifiant rivière creusant dans le sable, où le sable se déplace.

Quelques ouvrages interessants relatant l'histoire de la rivière et de la région:

  • Maria Chapdelaine ( Roman / Auteur : Louis HÉMON / Les Éditions du Boréal / 1988 / 216 p )
  • Peribonka, un petit village au grand destin ( Livre d’histoire / Auteur : Jérôme GAGNON / Édité par la Municipalité de Péribonka / 2009 / 253 p.)
  • Kukum, ( Roman / Auteur: Michel Jean / Édité par Libres Expressions / 2019 / 224 p )

L'Alcan, important producteur d'aluminium, aménage la Péribonka afin d'être alimenté plus adéquatement en énergie hydroélectrique. De 1941 à 1943, le barrage de Chute-des-Passes est construit à l'extrémité sud du lac Péribonka qui devient un vaste réservoir. Deux autres barrages seront érigés en aval au cours des années 1950 (Chute-du-Diable de 1950 à 1952 et Chute-à-la-Savane de 1951 à 1953). L'écrivain français Louis Hémon (1880-1913) mentionne à plusieurs reprises la rivière Péribonka dans son roman Maria Chapdelaine, écrit peu avant sa mort et publié en 1916. La maison des Chapdelaine est d'ailleurs sise près de la berge de ce cours d'eau.


SCIERIE Bois Francs Bio Serra

Bois Francs Bio Serra de Sainte-Monique, au Lac St-Jean, est un complexe intégré de sciage, de séchage et de transformation à haute valeur ajoutée détenant une garantie annuelle d’approvisionnement de 180 500 en bouleau blanc, bouleau jaune (merisier) et peuplier faux-tremble issue de la forêt boréale de la région du Saguenay – Lac-St-Jean.

Le pont de la route 169 peut être contourné par les piétons et cyclistes en empruntant la Passerelle Lindsay-Niquet. Il est aussi emprunté par les VTT et les motoneiges l'hivers.